SharePoint
Aide

Bilan transmission des données

 

​Données administratives 
Depuis le 1er juillet 2014, les employeurs sont tenus d'enregistrer dans SISERI, pour chaque travailleur exposé aux rayonnements ionisants, les informations figurant à l'article 7 de l'arrêté du 17 juillet 2013 relatif à la carte de suivi médical et au suivi dosimétrique des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants.
 
Le renseignement par les CSE (correspondants SISERI de l'Employeur) de ces informations a débuté mais leur complétude n'est encore que partielle : sur les 366 268 travailleurs ayant eu au moins un résultat dosimétrique enregistré dans SISERI au 1er trimestre 2016, 93 % avaient leur RNIPP renseigné, 43 % leur métier précisé, 63 % leur secteur d'activité renseigné et 34 % leur statut d'emploi indiqué.
 

​​Dosimétrie externe passive

Le laboratoire de dosimétrie passive de l'IRSN et 7 laboratoires agréés envoient régulièrement les données individuelles des travailleurs exposés :

 

ALGADE AREVA NC La Hague et Marcoule DOSILAB IPHC de Strasbourg IPN d’Orsay IRSN LANDAUER Europe SPRA
 
En 2015, ces laboratoires ont transmis à SISERI 2,3 millions de données de dosimétrie externe passive.

85 % des données concernant l'année 2015 ont été directement intégrées dans la base SISERI. Néanmoins, certains laboratoires ont encore eu une partie de leurs données d'emblée rejetées par le système car non correctement renseignées. Ces difficultés d'intégration sont progressivement résolues grâce à un traitement a posteriori par des opérateurs de l'IRSN.
 
​​Dosimétrie externe opérationnelle
 
Au cours de l’année 2015, 13,7 millions de données de dosimétrie opérationnelle ont été enregistrées dans SISERI.
 
L'intégration de ces données nécessite également l'intervention d'un opérateur de l'IRSN dans un certain nombre de cas, assurant la disponibilité des données au plus tard 3 jours après leur transmission.

Parmi les données enregistrées en 2015, 55 % proviennent des entreprises du nucléaire, 35 % du domaine médical et vétérinaire, 4 % de l'industrie non nucléaire et 3 % du domaine de la recherche.
 
​Autres types de surveillance
 
Depuis 2011, l'ensemble des organismes agréés pour la surveillance de l'exposition interne des travailleurs transmettent des données à SISERI, même si les délais de transmission sont encore un peu erratiques pour certains organismes. Les résultats de près de 82 000 examens ont été enregistrés en 2015.
 
L'année 2014 avait été marquée par l'évolution des dispositions de transmission des résultats de la surveillance de l'exposition au rayonnement cosmique. Les résultats dosimétriques des personnels navigants sont depuis transmis directement par le système SIEVERT PN qui calcule les doses mensuelles de chacun des travailleurs sur la base des informations fournies par les compagnies aériennes. Près de  374 000 données ont été transmises à SISERI en 2015.
 
S'agissant de la transmission des données des travailleurs exposés au radon et/ou à des radionucléides émetteurs à vie longue des chaînes de l'uranium et du thorium, le système SISERI a été adapté pour recevoir ces données, permettant un transfert dès la fin 2010. En 2015, environ 7 400 données ont été envoyées par le laboratoire agréé pour ce type de surveillance.​